All posts filed under: Redon

PAUL ELUARD RENCONTRE ODILE REDON « Le jour en pure perte noie les étoiles / A la pointe d’un seul regard / De la même contemplation / Il faut brûler le sphinx qui nous ressemble / Et ses yeux de saison / Et ses mousses de solitude. »

Odile Redon, Le Sphinx rouge, 1912, huile sur toile, pastel, 61 x 49.5 cm, Collection privée Le jour en pure perte noie les étoiles A la pointe d’un seul regard De la même contemplation Il faut brûler le sphinx qui nous ressemble Et ses yeux de […]

Publicités
Leave a comment

ANNA DE NOUAILLES RENCONTRE ODILON REDON « Le visage de ceux qu’on n’aime pas encore / Apparaît quelquefois aux fenêtres des rêves, / Et va s’illuminant sur de pâles décors / Dans un argentement de lune qui se lève. »

Odilon Redon, Mystery, 1910, huile sur toile, n.c., Collection Privée Le visage de ceux qu’on n’aime pas encor Apparaît quelquefois aux fenêtres des rêves, Et va s’illuminant sur de pâles décors Dans un argentement de lune qui se lève. Anna de Noailles, « Les rêves », […]

Leave a comment

BAUDELAIRE RENCONTRE REDON « Celui dont les pensers, comme des alouettes, / Vers les cieux le matin prennent un libre essor, – / Qui plane sur la vie, et comprend sans effort / Le langage des fleurs et des choses muettes ! » / « He whose thoughts, like skylarks, / Toward the morning sky take flight —/ Who hovers over life and understands with ease / The language of flowers and silent things! »  

Odile Redon, Les Yeux Clos, 1890, huile sur toile,  44 x 36 cm, Musée d’Orsay, Paris Celui dont les pensers, comme des alouettes, Vers les cieux le matin prennent un libre essor, – Qui plane sur la vie, et comprend sans effort Le langage des […]

Leave a comment

SAINT-AMANT RENCONTRE REDON « Certes, la nuit a trop duré ; / Déjà les coqs t’appellent : / Remonte sur ton char doré, / Que les Heures attellent, / Et viens montrer à tous les yeux / De quel émail tu peins les cieux. »

Odilon Redon, Le char d’Apollon, 1910, huile avec rehauts de pastel sur toile, 89 x 70 cm, Musée d’Orsay, Paris Certes, la nuit a trop duré ; Déjà les coqs t’appellent : Remonte sur ton char doré, Que les Heures attellent, Et viens montrer à tous les yeux […]

Leave a comment