img_0047

LOUIS ARAGON RENCONTRE EGON SCHIELE « Que ce soit dimanche ou lundi / Soir ou matin minuit midi / Dans l’enfer ou le paradis / Les amours aux amours ressemblent / C’était hier que je t’ai dit / Nous dormirons ensemble » / « Be it sunday or monday / Evening or morning, midnight midday / In hell or paradise Loves to loves ressemble / It was yesterday that I told you / We will sleep together »

Louis Aragon, « Nous dormirons ensemble », Le Fou d’Elsa, 1963 Que ce soit dimanche ou lundi Soir ou matin minuit midi Dans l’enfer ou le paradis Les amours aux amours ressemblent C’était hier que je t’ai dit Nous dormirons ensemble Be it sunday or monday Evening […]

Laisser un commentaire
paul-signac-le-port

ARTHUR RIMBAUD RENCONTRE PAUL SIGNAC « Ame sentinelle, / Murmurons l’aveu / De la nuit si nulle / Et du jour en feu. » / « Sentinel soul, / Let us whisper the confession / Of the night full of nothingness / And the day on fire. »

Paul Signac, Le Port (soir). Couchant rouge (Saint-Tropez), 1906, Chicago, collection particulière Ame sentinelle, Murmurons l’aveu De la nuit si nulle Et du jour en feu. Sentinel soul, Let us whisper the confession Of the night full of nothingness And the day on fire. Arthur […]

Laisser un commentaire
unnamed

APOLLINAIRE RENCONTRE DEGAS « Les masques sont silencieux / Et la musique est si lointaine / Qu’elle semble venir des cieux / Oui je veux vous aimer mais vous aimer à peine / Et mon mal est délicieux »

 La Rencontre poétique de Thomas Pétoux Edgar Degas, Musiciens d’orchestre, 1871, 48 x 69cm, huile sur toile, Stadelschen Kunsstinstitut, Frankfort Les masques sont silencieux Et la musique est si lointaine Qu’elle semble venir des cieux Oui je veux vous aimer mais vous aimer à peine Et […]

Laisser un commentaire
frederick-s-wight-hour-by-hour

JOSE MARIA DE HEREDIA RENCONTRE FREDERICK S WIGHT « Chaque soir, espérant des lendemains épiques, / L’azur phosphorescent de la mer des Tropiques / Enchantait leur sommeil d’un mirage doré ; / Ou penchés à l’avant des blanches caravelles, / Ils regardaient monter en un ciel ignoré / Du fond de l’Océan des étoiles nouvelles. »

Frederick S. Wight, « Hour by Hour », 1985, huile sur toile, 121,9 x 152,4 cm, Collection privée Chaque soir, espérant des lendemains épiques, L’azur phosphorescent de la mer des Tropiques Enchantait leur sommeil d’un mirage doré ; Ou penchés à l’avant des blanches caravelles, Ils regardaient monter en […]

Laisser un commentaire
bill-brandt-early-morning-on-the-river-1930s-silver-gelatin-16-x20-inches-bill-brandt-archive-ltd

VICTOR HUGO RENCONTRE BILL BRANDT « Et l’ouverture au loin d’une blanche fenêtre ; On mêle sa pensée au clair-obscur des eaux ; On a le doux bonheur d’être avec les oiseaux »

Bill Brandt, Early morning on the river, 1930s. Silver gelatin, 16 x20 cm, Collection privée Et l’ouverture au loin d’une blanche fenêtre ; On mêle sa pensée au clair-obscur des eaux ; On a le doux bonheur d’être avec les oiseaux Victor Hugo, « Après l’hiver », Toute […]

Laisser un commentaire
hodler_le_lac_de_thoune_et_la_chaine_du_stockhorn_2

PAUL VERLAINE RENCONTRE FERDINAND HODLER « Dans l’interminable / Ennui de la plaine / La neige incertaine / Luit comme du sable. / Le ciel est de cuivre / Sans lueur aucune. / On croirait voir vivre / Et mourir la lune. »

Ferdinand Hodler,  La chaîne du Stockhorn, 1905, huile sur toile, Collection privée Dans l’interminable Ennui de la plaine La neige incertaine Luit comme du sable. Le ciel est de cuivre Sans lueur aucune. On croirait voir vivre Et mourir la lune. Paul Verlaine, « Dans l’interminable […]

Laisser un commentaire
shoji-ueda-nude-in-the-dunes-ca-1950

LOUIS ARAGON RENCONTRE SHOJI UEDA « L’azur et ses voiles / Les bras de santé / Crèmes estivales / Sa grande beauté / Mais qu’elle en impose / À qui veut l’aimer / (Parler de la mer. / Autrement qu’en prose) »

  Shoji Ueda, Nude in the Dune, 1950, 23,5 x 21,5 cm, Museo Centro Nationale de Arte Reina Sofia, Madrid L’azur et ses voiles Les bras de santé Crèmes estivales Sa grande beauté Mais qu’elle en impose À qui veut l’aimer (Parler de la mer. Autrement qu’en […]

Laisser un commentaire
027-william-merritt-chase-theredlist

CHARLES CROS RENCONTRE WILLIAM MERRITT « D’ailleurs ces mots qui parlent de vous, transmis de mémoire en mémoire, feront sans cesse revivre la main souveraine qui a tenu cet éventail et la chair qu’il a caressée de ses battements parfumés. »

William Merritt Chase, Pivoines, 1897, huile sur toile, n.c., Collection privée D’ailleurs ces mots qui parlent de vous, transmis de mémoire en mémoire, feront  sans cesse revivre la main souveraine qui a tenu cet éventail et la chair qu’il  a caressée de ses battements parfumés. Charles Cros, « […]

Laisser un commentaire
m-c-escher-dutch-1898-1972-rippled-surface-march-1950-linocut-in-black-and-grey-brown-on-japan-paper-33-6-x-40-1-cm-image-26-x-32-cm-national-gallery-of-canada-ottawa-ontario-canada

PAUL VERLAINE RENCONTRE MC. ESCHER « L’ombre des arbres dans la rivière embrumée / Meurt comme de la fumée, / Tandis qu’en l’air, parmi les ramures réelles, / Se plaignent les tourterelles. / Combien, ô voyageur, ce paysage blême / Te mira blême toi-même, / Et que tristes pleuraient dans les hautes feuillées / Tes espérances noyées ! »

M.C. Escher, Rippled Surface, 1950, 33.6 x 40.1 cm, image, National Gallery of Canada, Ottawa, Ontario, Canada L’ombre des arbres dans la rivière embrumée Meurt comme de la fumée, Tandis qu’en l’air, parmi les ramures réelles, Se plaignent les tourterelles. Combien, ô voyageur, ce paysage […]

Laisser un commentaire