All posts filed under: Rimbaud

RIMBAUD RENCONTRE VAN GOGH « J’ai révé la nuit verte aux neiges éblouies, / Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs, / La circulation des sèves inouïes / Et l’éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs ! »

Vincent Van Gogh, Le Semeur, 1888, huile sur toile, 32 x 40 cm, Rijksmuseum Vincent Van Gogh, Amsterdam  J’ai révé la nuit verte aux neiges éblouies,  Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs,  La circulation des sèves inouïes  Et l’éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs !  I have […]

Laisser un commentaire

ARTHUR RIMBAUD RENCONTRE PAUL SIGNAC « Ame sentinelle, / Murmurons l’aveu / De la nuit si nulle / Et du jour en feu. » / « Sentinel soul, / Let us whisper the confession / Of the night full of nothingness / And the day on fire. »

Paul Signac, Le Port (soir). Couchant rouge (Saint-Tropez), 1906, Chicago, collection particulière Ame sentinelle, Murmurons l’aveu De la nuit si nulle Et du jour en feu. Sentinel soul, Let us whisper the confession Of the night full of nothingness And the day on fire. Arthur […]

Laisser un commentaire

ARTHUR RIMBAUD RENCONTRE CLAUDE MONET « Le Soleil, le foyer de tendresse et de vie, / Verse l’amour brûlant à la terre ravie, / Et, quand on est couché sur la vallée, on sent / Que la terre est nubile et déborde de sang ; / Que son immense sein, soulevé par une âme, / Est d’amour comme Dieu, de chair comme la femme, / Et qu’il renferme, gros de sève et de rayons, / Le grand fourmillement de tous les embryons ! / Et tout croît, et tout monte ! »

La Rencontre poétique de Laura Chemla Claude Monet, Coucher de Soleil sur la Seine au Lavacourt, effet d’hiver, 1880, huile sur toile, 100 x 150 cm, Petit Palais, Paris Le Soleil, le foyer de tendresse et de vie,  Verse l’amour brûlant à la terre ravie,  Et, quand […]

1 commentaire

RIMBAUD RENCONTRE TURNER « Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes / Et les ressacs et les courants : je sais le soir, / L’Aube exaltée ainsi qu’un peuple de colombes, / Et j’ai vu quelquefois ce que l’homme a cru voir ! » / « I know the skies bursting with lightning, and the waterspouts / And the surf and the currents; I know the evening, / And dawn as exalted as a flock of doves / And at times I have seen what man thought he saw! »

La Rencontre poétique de Manon Inami Joseph Mallord William Turner, Négriers jetant par-dessus bord les morts et les mourants – un typhon approche, 1840,  huile sur toile, 90.8 × 122.6 cm, Musée des beaux-Arts, Boston Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes Et les ressacs et les courants […]

1 commentaire

ARTHUR RIMBAUD RENCONTRE JACKSON POLLOCK « Le mouvement de lacet sur la berge des chutes du fleuve, / Le gouffre à l’étambot, / La célérité de la rampe, / L’énorme passade du courant / Mènent par les lumières inouïes / Et la nouveauté chimique / Les voyageurs entourés des trombes du val / Et du strom.» / « The movement of lace at the brink of the weir, / The gulf at the stern, / The swiftness of slope, / The vast sway of the current / Draw the voyager through extraordinary lights / And chemical change / Surrounded by waters of the vale / And the storm. »

Jackson Pollock, Fathom Five, 1947, huile sur toile avec clés, punaises, ongles, mégots, pièces, allumettes, 129.2 x 76.5 cm, MOMA, New York Le mouvement de lacet sur la berge des chutes du fleuve, Le gouffre à l’étambot, La célérité de la rampe, L’énorme passade du courant […]

Laisser un commentaire

RIMBAUD RENCONTRE KANDINSKY « Comme je descendais des Fleuves impassibles, Je ne me sentis plus guidé par les haleurs : Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles, Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs. » / « As I floated down impassive Rivers, I felt myself no longer pulled by ropes: The Redskins took my hauliers for targets, And nailed them naked to their painted posts. »

Vassily Kandinsky, Composition IX, 1936, huile sur toile, 113.5 x 195 cm, Centre Pompidou, Paris Comme je descendais des Fleuves impassibles, Je ne me sentis plus guidé par les haleurs : Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles, Les ayant cloués nus aux poteaux de […]

Laisser un commentaire

RIMBAUD RENCONTRE MONDRIAN « Oisive jeunesse / A tout asservie, / Par délicatesse / J’ai perdu ma vie. / Ah ! Que le temps vienne / Où les coeurs s’éprennent. » / « Idle youth / Enslaved to everything, / By being too sensitive / I have wasted my life. Ah! Let the time come / When hearts are enamoured. »

Piet Mondrian, Tour d’Eglise en Nouvelle Zélande, 1911, huile sur toile, n.c., Collection privée Oisive jeunesse A tout asservie, Par délicatesse J’ai perdu ma vie. Ah ! Que le temps vienne Où les coeurs s’éprennent. Idle youth Enslaved to everything, By being too sensitive I have wasted my […]

Laisser un commentaire

RIMBAUD RENCONTRE DELAROCHE « Sur l’onde calme et noire où dorment les étoiles / La blanche Ophélia flotte comme un grand lys, / Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles… »

Paul Delaroche, La jeune martyre, 1855, huile sur toile, 171 x 148 cm, Musée du Louvre, Paris Sur l’onde calme et noire où dorment les étoiles La blanche Ophélia flotte comme un grand lys, Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles… Arthur Rimbaud, « Ophélie », […]

Laisser un commentaire

RIMBAUD RENCONTRE REMBRANDT « La tempête a béni mes éveils maritimes. / Plus léger qu’un bouchon j’ai dansé sur les flots / Qu’on appelle rouleurs éternels de victimes, / Dix nuits, sans regretter l’oeil niais des falots ! » / « The storm blessed my sea vigils / Lighter than a cork I danced on the waves / That are called eternal rollers of victims, / Ten nights, without missing the stupid eye of the lighthouses! »

La Rencontre poétique de Jeremy Gdalia, à retrouver dans Electric Discharge Machine Rembrandt, Le Christ dans la tempête sur la mer de Galilée, 1633, huile sur toile, 160 × 128 cm,   tableau volé en 1990 à Boston La tempête a béni mes éveils maritimes. Plus léger qu’un bouchon […]

Laisser un commentaire

RIMBAUD RENCONTRE JENKINS « Libre, fumant, monté de brumes violettes, / Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur / Qui porte, confiture exquise aux bons poètes, / Des lichens de soleil et des morves d’azur ; » / «  Who, ridden by violet mists, steaming and free, / Pierced the sky reddining like a wall, / Covered with lichens of the sun and azure’s phlem, / Preserves that all good poets love »

Paul Jenkins, Phenomena, If Is for Why, 1964, acrylique sur toile, 82 x 117 cm. Gallery Oldham, Oldham Libre, fumant, monté de brumes violettes, Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur Qui porte, confiture exquise aux bons poètes, Des lichens de soleil et […]

Laisser un commentaire

RIMBAUD RENCONTRE STEPHAN BREUER « Je fixais des vertiges. » / « I made the whirling world stand still. »  

La Rencontre poétique de Stephan Breuer, artiste, à retrouver sur www.stephanbreuer.com Stephan Breuer, « We are immaterial », 2015, photographie, Collection Privée  Je fixais des vertiges. I made the whirling world stand still. Arthur Rimbaud, « Alchimie du Verbe » dans Une Saison en Enfer, 1873 À moi. L’histoire d’une de […]

Laisser un commentaire