All posts filed under: Rimbaud

RIMBAUD RENCONTRE GROSZ « Voilà les quais ! voilà les boulevards ! voilà / Sur les maisons, l’azur léger qui s’irradie / Et qu’un soir la rougeur des bombes étoila. » / «  Here are the quays, the boulevards, and here / The houses against an azure radiant sky, / Starred by night when the bombs rose clear! »

George Grosz, La grande ville, Métropolis 1917, huile sur toile, Collection privée Voilà les quais ! voilà les boulevards ! voilà Sur les maisons, l’azur léger qui s’irradie Et qu’un soir la rougeur des bombes étoila. Arthur Rimbaud, « L’Orgie parisienne » ou «  Paris se […]

Publicités
2 comments

RIMBAUD RENCONTRE BALLA « La Poésie ne rythmera plus l’action ; elle sera en avant. »

Giacomo Balla, Le Réverbère, 1910, huile sur toile, MoMa, New York  La Poésie ne rythmera plus l’action ; elle sera en avant. Arthur Rimbaud, « Lettre dite « du voyant » à Georges Izambard », 1871 Monsieur Georges Isambart, professeur 27, rue de l’Abbaye-des-champs, à Douai, Nord. Charleville, […]

1 comment

RIMBAUD RENCONTRE KUPKA « L’étoile a pleuré rose au coeur de tes oreilles » / «  The star has wept rose-colour in the heart of your ears »

Frantisek Kupka, Mme Kupka parmi les plans verticaux (Mme Kupka among verticals), 1910, huile sur toile, MOMA, New York L’étoile a pleuré rose au coeur de tes oreilles, L’infini roulé blanc de ta nuque à tes reins La mer a perlé rousse à tes mammes vermeilles Et […]

2 comments

RIMBAUD RENCONTRE ROTHKO « Elle est retrouvée. Quoi ? – L’Eternité. C’est la mer allée Avec le soleil. » / « It has been found again. What ? – Eternity. It is the sea fled away With the sun. »

  Mark Rothko, Yellow and Blue (Yellow, Blue 
on Orange), 1955
, huile sur toile, Carnegie Museum of Art, Pittsburgh Elle est retrouvée. Quoi ? – L’Eternité. C’est la mer allée Avec le soleil. It has been found again. What? – Eternity. It is the sea […]

1 comment

RIMBAUD RENCONTRE MARTIN « Je ne parlerai pas, je ne penserai rien : Mais l’amour infini me montera dans l’âme »

Henri Martin, Sérénité, 1899, huile sur toile, 347 x 534 cm, Musée d’Orsay, Paris Je ne parlerai pas, je ne penserai rien : Mais l’amour infini me montera dans l’âme, Arthur Rimbaud, « Sensation » dans Poésies, 1870 Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers, Picoté […]

1 comment