ARTHUR RIMBAUD RENCONTRE JACKSON POLLOCK « Le mouvement de lacet sur la berge des chutes du fleuve, / Le gouffre à l’étambot, / La célérité de la rampe, / L’énorme passade du courant / Mènent par les lumières inouïes / Et la nouveauté chimique / Les voyageurs entourés des trombes du val / Et du strom.» / « The movement of lace at the brink of the weir, / The gulf at the stern, / The swiftness of slope, / The vast sway of the current / Draw the voyager through extraordinary lights / And chemical change / Surrounded by waters of the vale / And the storm. »

Laisser un commentaire
Poésie, Pollock, Rimbaud, The Poetic Match

W1siZiIsIjE1MTA4MyJdLFsicCIsImNvbnZlcnQiLCItcmVzaXplIDEyODB4MTI4MFx1MDAzZSJdXQ

Jackson Pollock, Fathom Five, 1947, huile sur toile avec clés, punaises, ongles, mégots, pièces, allumettes, 129.2 x 76.5 cm, MOMA, New York

Le mouvement de lacet sur la berge des chutes du fleuve,
Le gouffre à l’étambot,
La célérité de la rampe,
L’énorme passade du courant
Mènent par les lumières inouïes
Et la nouveauté chimique
Les voyageurs entourés des trombes du val
Et du strom.


The movement of lace at the brink of the weir,
The gulf at the stern,
The swiftness of slope,
The vast sway of the current
Draw the voyager through extraordinary lights
And chemical change
Surrounded by waters of the vale
And the strom.

Arthur Rimbaud, « Mouvement », Illuminations, 1886

Le mouvement de lacet sur la berge des chutes du fleuve,
Le gouffre à l’étambot,
La célérité de la rampe,
L’énorme passade du courant
Mènent par les lumières inouïes
Et la nouveauté chimique
Les voyageurs entourés des trombes du val
Et du strom.

Ce sont les conquérants du monde
Cherchant la fortune chimique personnelle ;
Le sport et le comfort voyagent avec eux ;
Ils emmènent l’éducation
Des races, des classes et des bêtes, sur ce Vaisseau.
Repos et vertige
À la lumière diluvienne,
Aux terribles soirs d’étude.

Car de la causerie parmi les appareils, — le sang, les fleurs, le feu, les bijoux —
Des comptes agités à ce bord fuyard,
— On voit, roulant comme une digue au-delà de la route hydraulique motrice,
Monstrueux, s’éclairant sans fin, — leur stock d’études ; —
Eux chassés dans l’extase harmonique,
Et l’héroïsme de la découverte.

Aux accidents atmosphériques les plus surprenants
Un couple de jeunesse s’isole sur l’arche,
— Est-ce ancienne sauvagerie qu’on pardonne ? —
Et chante et se poste.


The movement of lace at the brink of the weir,
The gulf at the stern,
The swiftness of slope,
The vast sway of the current
Draw the voyager through extraordinary lights
And chemical change
Surrounded by waters of the vale
And the strom.

These are the conquerors of the world
Seeking their personal chemical fortunes;
Amusement and comfort travel with them;
They carry the education
Of races, classes and creatures, on this vessel
Repose and vertigo
In the diluvial light,
In terrible nights of study.

Fo from the conversation among the equipment, the blood, the flowers, the fire, thegems,
The anxious calculations on the fleeing deck,
– One sees, rolling by like a dyke beyond the hydraulically-powered road,
Monstrous, illuminating endlessly – their store of studies;
Driven themselves into harmonious ecstasy,
And the heroism of discovery.

Among the most surprising atmospheric events,
A young couple hold aloof on the ark,
– Is it a pardonable primitive shyness? –
And sing and mount guard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s