All posts tagged: Baudelaire

BAUDELAIRE RENCONTRE RODIN « J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans. / Un gros meuble à tiroirs encombré de bilans, / De vers, de billets doux, de procès, de romances, / Avec de lourds cheveux roulés dans des quittances, / Cache moins de secrets que mon triste cerveau. » / « I have more memories than if I’d lived a thousand years. / A heavy chest of drawers cluttered with balance-sheets, / Processes, love-letters, verses, ballads, / And heavy locks of hair enveloped in receipts, / Hides fewer secrets than my gloomy brain. »

Auguste Rodin, Le Penseur, 1881-1882, bronze, Musée Rodin, Paris J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans. Un gros meuble à tiroirs encombré de bilans, De vers, de billets doux, de procès, de romances, Avec de lourds cheveux roulés dans des quittances, Cache moins de […]

1 commentaire

BAUDELAIRE RENCONTRE RICHTER « Les plus riches cités, les plus grands paysages, / Jamais ne contenaient l’attrait mystérieux / De ceux que le hasard fait avec les nuages. / Et toujours le désir nous rendait soucieux ! »

Gerhard Richter, Cloud (Wolke), 1976, huile sur toile, 200 x 300 cm, Collection privée Les plus riches cités, les plus grands paysages, Jamais ne contenaient l’attrait mystérieux De ceux que le hasard fait avec les nuages. Et toujours le désir nous rendait soucieux ! The […]

Laisser un commentaire

BAUDELAIRE RENCONTRE GAUGUIN « Au pays parfumé que le soleil caresse, / J’ai connu, sous un dais d’arbres tout empourprés / Et de palmiers d’où pleut sur les yeux la paresse, / Une dame créole aux charmes ignorés. » / « In the perfumed country which the sun caresses, I knew, under a canopy of crimson trees / And palms from which indolence rains into your eyes, / A Creole lady whose charms were unknown. »  

Paul Gauguin, « Arearea »(joyeusetés), 1892, huile sur toile, 75 x 94 cm, Musée d’Orsay, Paris Au pays parfumé que le soleil caresse, J’ai connu, sous un dais d’arbres tout empourprés Et de palmiers d’où pleut sur les yeux la paresse, Une dame créole aux charmes ignorés. In […]

Laisser un commentaire

BAUDELAIRE RENCONTRE REDON « Celui dont les pensers, comme des alouettes, / Vers les cieux le matin prennent un libre essor, – / Qui plane sur la vie, et comprend sans effort / Le langage des fleurs et des choses muettes ! » / « He whose thoughts, like skylarks, / Toward the morning sky take flight —/ Who hovers over life and understands with ease / The language of flowers and silent things! »  

Odile Redon, Les Yeux Clos, 1890, huile sur toile,  44 x 36 cm, Musée d’Orsay, Paris Celui dont les pensers, comme des alouettes, Vers les cieux le matin prennent un libre essor, – Qui plane sur la vie, et comprend sans effort Le langage des […]

Laisser un commentaire

BAUDELAIRE RENCONTRE KLEIN « Dis-moi, ton coeur parfois s’envole-t-il, Agathe, / Loin du noir océan de l’immonde cité, / Vers un autre océan où la splendeur éclate, / Bleu, clair, profond, ainsi que la virginité ? » / « Tell me, does your heart sometimes fly away, Agatha, / Far from the black ocean of the filthy city, / Toward another ocean where splendor glitters, / Blue, clear, profound, as is virginity?  

Yves Klein, Sans titre (monochrome bleu), 1957, pigments sur toile, 78 x 55 cm, Collection privée Dis-moi, ton coeur parfois s’envole-t-il, Agathe, Loin du noir océan de l’immonde cité, Vers un autre océan où la splendeur éclate, Bleu, clair, profond, ainsi que la virginité ? Tell […]

Laisser un commentaire

BAUDELAIRE RENCONTRE KLIMT « La rue assourdissante autour de moi hurlait. / Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse, / Une femme passa, d’une main fastueuse / Soulevant, balançant le feston et l’ourlet ; »

Gustav Klimt, Femme à chapeau et au boa de plume, 1895, huile sur toile, Osterreichische Galerie im Belvedere, Vienne La rue assourdissante autour de moi hurlait. Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,        Une femme passa, d’une main fastueuse Soulevant, balançant le feston et […]

Laisser un commentaire

BAUDELAIRE RENCONTRE VAN DYCK « Pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin, de poésie, de vertu, à votre guise. » / « To escape the fate of those tormented slaves of Time, get drunk. Drink deep, never ceasing. Whether wine, poetry, or virtue, the choice is yours. » – La Rencontre poétique de Thomas Pétoux 

La Rencontre poétique de Thomas Pétoux   Anthonis Van Dyck, Silène ivre soutenu par des satyres, 1620, huile sur toile, 133,5 × 197 cm, National Gallery, London Pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin, de poésie, de vertu, […]

Laisser un commentaire

BAUDELAIRE RENCONTRE MAN RAY « Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige ; / Valse mélancolique et langoureux vertige. » / «  The violin quivers like a tormented heart; / Melancholy waltz and languid vertigo! »

100 ème Rencontre poétique ! Man Ray, Le Violon d’Ingres, 1924, photographie, Musée National d’Art Moderne, Paris  Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige ; Valse mélancolique et langoureux vertige ! The violin quivers like a tormented heart;  Melancholy waltz and languid vertigo!  Charles […]

Laisser un commentaire

BAUDELAIRE RENCONTRE VALLOTTON « Courons vers l’horizon, il est tard, courons vite, / Pour attraper au moins un oblique rayon ! » / « Let us run to the horizon, it’s late, Let us run fast, to catch at least a slanting ray! »

Felix Vallotton, Soleil couchant dans la brume, 1911, huile sur toile, 54 x 81 cm, Collection privée Courons vers l’horizon, il est tard, courons vite, Pour attraper au moins un oblique rayon !  Let us run to the horizon, it’s late, Let us run fast, to […]

Laisser un commentaire

BAUDELAIRE RENCONTRE KLIMT « Les retentissantes couleurs / Dont tu parsèmes tes toilettes / Jettent dans l’esprit des poètes / L’image d’un ballet de fleurs. »

Gustav Klimt, The Dancer, 1916, huile sur toile , 180 x 90 cm, Collection privée Les retentissantes couleurs Dont tu parsèmes tes toilettes Jettent dans l’esprit des poètes L’image d’un ballet de fleurs. Charles Baudelaire, « A celle qui est trop gaie » dans Les Fleurs du Mal, 1857 […]

1 commentaire