All posts tagged: Victor Hugo

VICTOR HUGO RENCONTRE BILL BRANDT « Et l’ouverture au loin d’une blanche fenêtre ; On mêle sa pensée au clair-obscur des eaux ; On a le doux bonheur d’être avec les oiseaux »

Bill Brandt, Early morning on the river, 1930s. Silver gelatin, 16 x20 cm, Collection privée Et l’ouverture au loin d’une blanche fenêtre ; On mêle sa pensée au clair-obscur des eaux ; On a le doux bonheur d’être avec les oiseaux Victor Hugo, « Après l’hiver », Toute […]

Publicités
Leave a comment

VICTOR HUGO RENCONTRE HENRI MATISSE « La musique […] est la vapeur de l’art. Elle est à la poésie ce que la rêverie est à la pensée, ce que le fluide est au liquide, ce que l’océan des nuées est à l’océan des ondes. »

Henri Matisse, La musique, 1910, huile sur toile, 260 cm × 389 cm, The Hermitage, St. Petersburg La musique […] est la vapeur de l’art. Elle est à la poésie ce que la rêverie est à la pensée, ce que le fluide est au liquide, ce que l’océan des nuées est à […]

Leave a comment

VICTOR HUGO RENCONTRE ARMANDO MORALES « Viens, j’ai des fruits d’or, j’ai des roses, / J’en remplirai tes petits bras ; / Je te dirai de douces choses, / Et peut-être tu souriras ! »

Armando Morales, Woman Sitting next to the Fruit, 2001, huile sur toile, 60 x 73 cm. Private Collection Viens, j’ai des fruits d’or, j’ai des roses, J’en remplirai tes petits bras ; Je te dirai de douces choses, Et peut-être tu souriras ! Victor Hugo, « L’été aux […]

Leave a comment

VICTOR HUGO RENCONTRE MARK ROTHKO « L’onde qui fuit, par l’onde incessamment suivie, / Tout souffle, tout rayon, ou propice ou fatal, / Fait reluire et vibrer mon âme de cristal, / Mon âme aux mille voix, que le Dieu que j’adore / Mit au centre de tout comme un écho sonore ! » / « The waning wave, followed ceaselessly by wave, every breath, every ray, lucky or fatal, makes my crystal soul glitter and throb, my thousand-voiced soul, which the God I worship put in the center of everything like a sonorous echo! »

Mark Rothko, Untitled, 1968, huile sur papier marouflé et toile de lin, 91,4 x 64,8 cm, Collection privée L’onde qui fuit, par l’onde incessamment suivie,  Tout souffle, tout rayon, ou propice ou fatal,  Fait reluire et vibrer mon âme de cristal,  Mon âme aux mille voix, que […]

Leave a comment

VICTOR HUGO RENCONTRE GERHARD RICHTER « Je suis l’escalier ; la peine / Médite ; l’heure viendra ; / Quelqu’un qu’entourent les ombres / Montera mes marches sombres, / Et quelqu’un les descendra. »  

Gerhard Richter, Ema (Nu sur un escalier), 1966, huile sur toile, 200 cm x 130 cm, Museum Ludwig, Cologne Je suis l’escalier ; la peine  Médite ; l’heure viendra ;  Quelqu’un qu’entourent les ombres  Montera mes marches sombres, Et quelqu’un les descendra. Victor Hugo, «  Je suis fait d’ombre […]

Leave a comment

VICTOR HUGO RENCONTRE EMILE NOLDE « Dix lieues d’eau de savon emplissaient l’horizon. Des portes de feu s’ouvraient et se fermaient. Quelques nuages paraissaient brûlés par les autres, et sur des tas de nuées rouges qui ressemblaient à des braises, ils ressemblaient à des fumées. »

  Emile Nolde, La mer d’automne, 1930, huile sur toile, 56 x 76 cm, Collection privée Dix lieues d’eau de savon emplissaient l’horizon. Des portes de feu s’ouvraient et se fermaient. Quelques nuages paraissaient brûlés par les autres, et sur des tas de nuées rouges qui […]

Leave a comment

VICTOR HUGO RENCONTRE CARL VILHELM HOLSOE « Parfois, lorsqu’on se met à rêver sur son livre, / Où tout berce, éblouit, calme, caresse, enivre, / Où l’âme à chaque pas trouve à faire son miel, / Où les coins les plus noirs ont des lueurs du ciel, / Au milieu de cette humble et haute poésie, / Dans cette paix sacrée où croit la fleur choisie » 

La Rencontre poétique de Chadia, à retrouver dans le projet Les mots d’Elyssa Carl Vilhelm Holsoe, Femme lisant en intérieur, 1900 huile sur toile, Collection privée Parfois, lorsqu’on se met à rêver sur son livre, Où tout berce, éblouit, calme, caresse, enivre, Où l’âme à chaque […]

Leave a comment

VICTOR HUGO RENCONTRE NICOLAS DE STAEL « Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, / Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends. / J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. / Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps. » / « Tomorrow, at dawn, at the hour when the countryside whitens, I will set out. / You see, I know that you wait for me. / I will go by the forest, I will go by the mountain. / I can no longer remain far from you. »

Nicolas de Staël, La route, huile sur toile, 1954, Collection privée Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends. J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps. […]

Leave a comment

VICTOR HUGO RENCONTRE TURNER « Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants, Passer, gonflant ses voiles, Un rapide navire enveloppé de vents, De vagues et d’étoiles ; »

Joseph Mallord William Turner, Baleiniers, huile sur toile, 91.8 x 122.6 cm, The MET, New York Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants, Passer, gonflant ses voiles, Un rapide navire enveloppé de vents, De vagues et d’étoiles ; Victor Hugo, « Un jour je vis, […]

Leave a comment