PREVERT RENCONTRE VAN DONGEN « Et j’étais ivre mort et j’étais feu de joie et toi ivre vivante toute nue dans mes bras »

1 comment
Poésie, Prévert, Van Dongen

kees_van_dongen_tango_naakt_

Kees Van DongenLe Tango de l’Archange, 1925, huile sur toile, Musée National de Monaco, Monaco

Et j’étais ivre mort
et j’étais feu de joie
et toi ivre vivante
toute nue dans mes bras

Jacques Prévert, « Fiesta » dans Histoires, 1946

Et les verres étaient vides
et la bouteille brisée
Et le lit était grand ouvert
et la porte fermée
Et toutes les étoiles de verre
du bonheur et de la beauté
resplendissaient dans la poussière
de la chambre mal balayée
Et j’étais ivre mort
et j’étais feu de joie
et toi ivre vivante
toute nue dans mes bras

 

One thought on “PREVERT RENCONTRE VAN DONGEN « Et j’étais ivre mort et j’étais feu de joie et toi ivre vivante toute nue dans mes bras »”

  1. Mon chair vieux Jacques, sous ta pierre bois tout ton soûl, j’ai tiré un grand saut de mer pour trinquer avec toi, Joyeuses seront nos Ailes !

Laisser un commentaire