All posts filed under: Chanson française

SUPERNOVA RENCONTRE MARIA VAN OOSTERWYCK « Quand bien même les nuits sont noires / Dans les cœurs des hommes que l’amour arrose / Fleurit la fleur de l’espoir / Immarcescible rose. » – « Even if the nights are black / In the hearts of men that love waters / Blossoms the flower of hope / Intagible rose. « 

Maria van Oosterwyck, Roses et papillon., XVIIème siècle, huile sur toile, 36.83 cm x 29.21 cm, Crocker Art Museum, E. B. Crocker Collection Quand bien même les nuits sont noires Dans les cœurs des hommes que l’amour arrose Fleurit la fleur de l’espoir Immarcescible rose. […]

Leave a comment

SUPERNOVA RENCONTRE VON STUCK « Le royaume des cieux est en vous Madame. / C’est malheureux, c’est tout le drame ! » – « The kingdom of heaven is inside you, Madam. / It’s unfortunate, it’s the whole tragedy! »

Supernova en concert pour le lancement des 1ères éditions de La Rencontre poétique le 9 mai au Breakfast Club à Paris Franz Von Stuck, Salome, 1906, huile sur toile, 115 x 62 cm, Musée Lenbachhaus, Munich Le royaume des cieux est en vous Madame C’est […]

Leave a comment

PEPITE RENCONTRE PERUGINO « Qui fixe les règles Des amours éphémères ? Qui tire la flèche Et fait jaillir le sang ? » – « Who sets the rules Of ephemeral loves? Who shoots the arrow And spills the blood? »

Pietro Perugino, San Sebastiano, 1490, huile sur toile, 176 x 115 cm, Musée du Louvre Lens, Lens Qui fixe les règles Des amours éphémères ? Qui tire la flèche Et fait jaillir le sang ? — Who sets the rules Of ephemeral loves? Who shoots […]

Leave a comment

DANIEL DARC RENCONTRE MICHAEL WOLF « La pluie qui tombe m’effraie un peu / comme les larmes qui coulent de tes yeux / Le temps n’attend pas, tu le sais / Seuls les regrets semblent parfaits »

Michael Wolf, Tokyo Compression, 1982, photographie, n.c., Collection privée La pluie qui tombe, m’effraie un peu, comme les larmes qui coulent de tes yeux Le temps n’attend pas, tu le sais, Seuls les regrets semblent parfaits Daniel Darc, « La pluie qui tombe », 2004 La pluie […]

Leave a comment

L’IMPERATRICE RENCONTRE LUIGI RUSSOLO « Les couleurs déclinent / Quand les instants s’égrènent / Son parfum noctambule / Assombrit la scène / Les lueurs s’enlacent et soudain ne font qu’une / Quand elle surgit claire et nue / La Lune »

Luigi Russolo, Solidity of Fog, 1912. huile sur toile, 100 x 65 cm, Peggy Guggenheim Collection, Venice Les couleurs déclinent  Quand les instants s’égrènent  Son parfum noctambule  Assombrit la scène  Les lueurs s’enlacent et soudain ne font qu’une  Quand elle surgit claire et nue  La Lune […]

Leave a comment

JACQUES BREL RENCONTRE ZAO WOU KI « On a vu souvent / Rejaillir le feu / D’un ancien volcan / Qu’on croyait trop vieux / Il est, paraît-il / Des terres brûlées Donnant plus de blé / Qu’un meilleur avril / Et quand vient le soir / Pour qu’un ciel flamboie / Le rouge et le noir ne s’épousent-ils pas? »

Zao Wou Ki, Sans titre, 1998, huile sur toile, 130×195 cm, Collection privée On a vu souvent  Rejaillir le feu  D’un ancien volcan  Qu’on croyait trop vieux  Il est, paraît-il  Des terres brûlées  Donnant plus de blé  Qu’un meilleur avril  Et quand vient le soir  Pour […]

Leave a comment

FLAVIEN BERGER RENCONTRE RAIMONDS STAPRANS « La nuit tombe sur la crique / Et la roche pleure des couleurs / Dans l’eau calme galactique / Tu n’as plus de peur plus de douleur / Les nuages sont électriques / Reflétant le mauve des fleurs / Les mirages de ces tropiques / Sont là pour te sauver le coeur »

Raimonds Staprans, Purple Sunset, 1968, huile sur toile, 60 x 75 cm, Collection privée La nuit tombe sur la crique Et la roche pleure des couleurs Dans l’eau calme galactique Tu n’as plus de peur plus de douleur Les nuages sont électriques Reflétant le mauve des fleurs […]

Leave a comment

POLO AND PAN RENCONTRE LE DOUANIER ROUSSEAU « Au cœur de la forêt à cet interstice / Dans ta tenue d’Ève verdoyante / Tu étais d’une beauté étourdissante / Des oiseaux nous chantaient leur mélopée / Et nous vivions heureux dans la canopée »

  Henri Rousseau, Le rêve, 1910, huile sur toile, Museum of Modern Art, New York Au cœur de la forêt à cet interstice Dans ta tenue d’Ève verdoyante Tu étais d’une beauté étourdissante Des oiseaux nous chantaient leur mélopée Et nous vivions heureux dans la […]

Leave a comment

GEORGES BRASSENS RENCONTRE JACK VETTRIANO « Un p’tit coin d’parapluie / Contre un coin d’paradis / Elle avait quelque chose d’un ange / Un p’tit coin d’paradis / Contre un coin d’parapluie / Je n’perdais pas au change, pardi»

Jack Vettriano, The Singing Butler, 1992, huile sur toile, 71 x 91 cm, Collection privée Un p’tit coin d’parapluie Contre un coin d’paradis Elle avait quelque chose d’un ange Un p’tit coin d’paradis Contre un coin d’parapluie Je n’perdais pas au change, pardi Georges Brassens, « Le […]

1 comment

ALAIN BASHUNG RENCONTRE DENIS SARAZHIN « Voyez-vous tous ces humains / Danser ensemble à se donner la main / S’embrasser dans le noir à cheveux blonds / A ne pas voir demain comme ils seront… / Car si la Terre est ronde / Et qu’ils s’agrippent / Au-delà, c’est le vide »

Denis Sarazhin, Wind, 2015, huile sur toile, 200 x 200 cm, Collection privée Voyez-vous tous ces humains  Danser ensemble à se donner la main  S’embrasser dans le noir à cheveux blonds  A ne pas voir demain comme ils seront…  Car si la Terre est ronde  Et […]

Leave a comment

PEPITE RENCONTRE JEAN-LEON GEROME « Dans le sable et dans les dunes / Soleil teinté d’amertume / Dernier voyage au bout de temps / Dernier baiser sous le vent »

Jean-Léon Gérôme, Caravane dans le désert, huile sur toile, Collection privée Dans le sable et dans les dunes Soleil teinté d’amertume Dernier voyage au bout du temps Dernier baiser sous le vent Pépite, « Dernier Voyage », Les Bateaux, 7 octobre 2016 

Leave a comment

ALAIN BASHUNG RENCONTRE SALVADOR DALI « Elle est née des caprices / Pommes d’or, pêches de diamant / Des cerises qui rosissaient ou grossissaient / Lorsque deux doigts s’en emparaient (…) Première à éclairer la nuit / Vénus »

La Rencontre poétique de Manoune Inami Salvador Dali, Galarina, 1945, huile sur toile, 64.1 × 50.2 cm, Théâtre-musée Dalí, Figueres Elle est née des caprices  Pommes d’or, pêches de diamant  Des cerises qui rosissaient ou grossissaient Lorsque deux doigts s’en emparaient (…) Première à éclairer la nuit Vénus Alain […]

Leave a comment