All posts filed under: Hopper

CHARLES BAUDELAIRE RENCONTRE EDWARD HOPPER « Les tuyaux, les clochers, ces mâts de la cité, / Et les grands ciels qui font rêver d’éternité. » / « The chimneys, the belfries, those masts of the city, And the skies that make one dream of eternity. »

Edward Hopper, Roofs, Washington Square, 1926. Aquarelle sur papier, 56.2 x 71.44 cm, Carnegie Museum of Art, Pittsburgh Les tuyaux, les clochers, ces mâts de la cité, Et les grands ciels qui font rêver d’éternité. The chimneys, the belfries, those masts of the city,  And the […]

Laisser un commentaire

GEORGES RODENBACH RENCONTRE EDWARD HOPPER « Il flotte une musique éteinte en de certaines / Chambres, une musique aux tristesses lointaines / Qui s’apparie à la couleur des meubles vieux… »

Edward Hopper, New York Interior, 1921, huile sur toile, 61.8 × 74.6 cm, Whitney Museum, New York Il flotte une musique éteinte en de certaines Chambres, une musique aux tristesses lointaines Qui s’apparie à la couleur des meubles vieux… Georges Rodenbach, « Il flotte une musique […]

Laisser un commentaire

DIDEROT RENCONTRE HOPPER « L’acteur est las, et vous tristes ; c’est qu’il s’est démené sans rien sentir, et que vous avez senti sans vous démener. S’il en était autrement, la condition de comédien serait la plus malheureuse des conditions ; mais il n’est pas le personnage, il le joue et le joue si bien que vous le prenez pour tel : l’illusion n’est que pour vous ; il sait bien, lui, qu’il ne l’est pas. »

Edward Hopper, Soir Bleu, 1914, huile sur toile, 91.4 × 182.9cm, Whitney Museum of American Art, New York L’acteur est las, et vous tristes ; c’est qu’il s’est démené sans rien sentir, et que vous avez senti sans vous démener. S’il en était autrement, la condition de comédien serait […]

Laisser un commentaire

FLAUBERT RENCONTRE HOPPER « Mais, chaque matin, à son réveil, elle l’espérait pour la journée, et elle écoutait tous les bruits, se levait en sursaut, s’étonnait qu’il ne vînt pas ; puis, au coucher du soleil, toujours plus triste, désirait être au lendemain »

La Rencontre poétique de Pierre Mollet   Edward Hopper, Morning Sun, 1952, Huile sur toile, 71,4 x 101,9 cm, Columbus Museum of Art, Columbus  Mais, chaque matin, à son réveil, elle l’espérait pour la journée, et elle écoutait tous les bruits, se levait en sursaut, s’étonnait […]

Laisser un commentaire

GAINSBOURG RENCONTRE HOPPER « D’abord on s’dit vous, et puis on s’dit tout. On s’envoie un verre, on s’envoie en l’air. Et tout là-haut, là-haut, tout là-haut, là-haut. »

La Rencontre poétique de Jeremy Gdalia à retrouver dans Electric Discharge Machine Edward Hopper, Excursion into philosophy, 1959, huile sur toile, 72 x 101 cm, Collection privée D’abord on s’dit vous, et puis on s’dit tout. On s’envoie un verre, on s’envoie en l’air.  Et tout là-haut, […]

1 commentaire