GEORGES RODENBACH RENCONTRE EDWARD HOPPER « Il flotte une musique éteinte en de certaines / Chambres, une musique aux tristesses lointaines / Qui s’apparie à la couleur des meubles vieux… »

Laisser un commentaire
Georges Rodenbach, Hopper, Poésie

70_1200_hopper_imageprivacy_compressed

Edward Hopper, New York Interior, 1921, huile sur toile, 61.8 × 74.6 cm, Whitney Museum, New York

Il flotte une musique éteinte en de certaines
Chambres, une musique aux tristesses lointaines
Qui s’apparie à la couleur des meubles vieux…

Georges Rodenbach, « Il flotte une musique éteinte… », Le Règne du silence, 1891

Il flotte une musique éteinte en de certaines
Chambres, une musique aux tristesses lointaines
Qui s’apparie à la couleur des meubles vieux…
Musique d’ariette en dentelle et fumée,

Ariette d’antan qu’on aurait exhumée,
Informulée encore, et qu’on cherche des yeux :
Rythmes se renouant, musique qui tâtonne,
Le vieil air se dégage un peu, se nuançant

Grâce au pianotement de la pluie, en automne,
Sur les vitres ; et l’air, changé comme un absent.
Réapparaît soudain en des grâces fluettes ;

Puis peu à peu précis, on retrouve ses traits
Et tout l’air passe encor dans les chambres muettes
Oh ! Musique rapprise aux lèvres des portraits !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s