APOLLINAIRE RENCONTRE DEGAS « Les masques sont silencieux / Et la musique est si lointaine / Qu’elle semble venir des cieux / Oui je veux vous aimer mais vous aimer à peine / Et mon mal est délicieux » / « The masks say nothing / And the music is so far away / That she seems to come from the heavens / Yes I want to love you but hardly can / And my grief is sweet »

Laisser un commentaire
Apollinaire, Edgar Degas, La Rencontre poétique, Poésie, The Poetic Match

 La Rencontre poétique de Thomas Pétoux

unnamed

Edgar Degas, Musiciens d’orchestre, 1871, 48 x 69cm, huile sur toile, Stadelschen Kunsstinstitut, Frankfort

Les masques sont silencieux
Et la musique est si lointaine
Qu’elle semble venir des cieux
Oui je veux vous aimer mais vous aimer à peine
Et mon mal est délicieux


The masks say nothing
And the music is so far away
That she seems to come from the heavens
Yes I want to love you but hardly can
And my grief is sweet

Guillaume Apollinaire, « Marie », Alcools, 1913

Vous y dansiez petite fille
Y danserez-vous mère-grand
C’est la maclotte qui sautille
Toute les cloches sonneront
Quand donc reviendrez-vous Marie

Les masques sont silencieux
Et la musique est si lointaine
Qu’elle semble venir des cieux
Oui je veux vous aimer mais vous aimer à peine
Et mon mal est délicieux

Les brebis s’en vont dans la neige
Flocons de laine et ceux d’argent
Des soldats passent et que n’ai-je
Un cœur à moi ce cœur changeant
Changeant et puis encor que sais-je

Sais-je où s’en iront tes cheveux
Crépus comme mer qui moutonne
Sais-je où s’en iront tes cheveux
Et tes mains feuilles de l’automne
Que jonchent aussi nos aveux

Je passais au bord de la Seine
Un livre ancien sous le bras
Le fleuve est pareil à ma peine
Il s’écoule et ne tarit pas
Quand donc finira la semaine


You danced there as a young girl
Will you dance there as a grand-mother
It is the maclotte that hops
All the bells will ring
So when will you return dear Marie

The masks say nothing
And the music is so far away
That she seems to come from the heavens
Yes I want to love you but hardly can
And my grief is sweet

The sheep stray into the snow
Flakes of wool and silver
Soldiers pass and what have I not
A heart in me a heart willing to change
Changed and then what do I know

Do I know where your hair will fall
Bushy like the foam of breaking waves
Do I know where your hair will fall
And your autumn leaf hands
That also scatter and discard our vows

I was walking along the banks of the Seine
An old story tucked beneath my arm
The river understands my pain
Tt flows at a steady pace
So when will this week end

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s