BLAKE RENCONTRE LE DOUANIER ROUSSEAU « Tyger, tyger, burning bright in the forests of the night » / « Tigre O Tigre! Toi qui luis au fond des forêts de la nuit » – POUR PARIS

1 commentaire
Blake, Poésie, Rousseau, The Poetic Match

Surprised-Rousseau

Henri Rousseau dit Le Douanier Rousseau, Surprised ! (Tiger in a Tropical Storm), 1891, huile sur toile,130 cm × 162 cm, National Gallery, Londres

Tyger, tyger, burning bright
In the forests of the night


Tigre O Tigre! Toi qui luis
Au fond des forêts de la nuit,

William Blake, « The Tyger » dans Songs of Experience, 1794

Tyger tyger, burning bright
In the forests of the night,
What immortal hand or eye
Could frame thy fearful symmetry?

In what distant deeps or skies
Burnt the fire of thine eyes ?
On what wings dare he aspire ?
What the hand dare seize the fire ?

And what shoulder and what art
Could twist the sinews of thy heart ?
And when thy heart began to beat,
What dread hand and what dread feet ?

What the hammer ? what the chain ?
In what furnace was thy brain ?
What the anvil ? What dread grasp
Dare its deadly terrors clasp ?

When the stars threw down their spears,
And water’d heaven with their tears,
Did He smile His work to see ?
Did He who made the lamb make thee ?

Tyger, tyger, burning bright
In the forests of the night,
What immortal hand or eye
Dare frame thy fearful symmetry


Tigre O Tigre! Toi qui luis
Au fond des forêts de la nuit,
Quel esprit immortel sut faire
Ta symétrie meurtrière?

Sur quels gouffres et sous quels cieux
Brûla-t-il le feu de tes yeux?
Quelle aile prît un tel essor?
Quel bras saisit ce feu, cet or?

Quelle force de quel sculpteur
Tordit les tendons de ton cœur?
Et quand ce cœur se mut en toi
Quels pieds, quels bras, et quel effroi !

A qui la chaîne, le marteau,
La forge où flamba ton cerveau,
L’enclume? Quelle poigne cruelle
Crut serrer ses terreurs mortelles ?

Tout astre a déposé ses armes,
Et trempé le ciel de ses larmes.
Sourit-il ? Te fit-il Celui
Qui fit l’agneau au temps jadis ?

Tigre O Tigre! Toi qui luis
Au fond des forêts de la nuit,
Quel immortel oserait faire
Ta symétrie meurtrière ?

  • Traduit par A.Z. Foreman

One thought on “BLAKE RENCONTRE LE DOUANIER ROUSSEAU « Tyger, tyger, burning bright in the forests of the night » / « Tigre O Tigre! Toi qui luis au fond des forêts de la nuit » – POUR PARIS”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s