BORIS VIAN RENCONTRE RICHARD HAMILTON « Viens m’embrasser / Et je te donnerai / Un frigidaire / Un joli scoutaire / Un atomivère / Et du Dunlopillo / Une cuisinière / Avec un four en verre / Des tas de couverts / Et des pelles à gâteaux »

Laisser un commentaire
Boris Vian, Chanson française, Richard Hamilton

12728948_1696042797333485_3022095064701828113_n

Richard Hamilton, Just what is it that makes today’s homes so different, so appealing? (« Qu’est-ce qui rend exactement les maisons d’aujourd’hui si différentes, si séduisantes ? »), 1956, collage,  26 cm x 25 cm, Kunsthalle, Tübingen

Viens m’embrasser
Et je te donnerai
Un frigidaire
Un joli scoutaire
Un atomixère
Et du Dunlopillo
Une cuisinière
Avec un four en verre
Des tas de couverts
Et des pelles à gâteaux

Boris Vian, « La complainte du progrès », 1956

Autrefois pour faire sa cour
Ils parlaient d’amour
Pour mieux prouver leur ardeur
Ils offraient son cœur
Maintenant c’est plus pareil
Ça change ça change
Ils vous disent, mon cher ange
Et vous glissent à l’oreille
Ah, Gudule

Viens m’embrasser
Et je te donnerai
Un frigidaire
Un joli scoutaire
Un atomixère
Et du Dunlopillo
Une cuisinière
Avec un four en verre
Des tas de couverts
Et des pelles à gâteaux

Une tourniquette
Pour faire la vinaigrette
Un bel aérateur
Pour manger les odeurs

Des draps qui chauffent
Un pistolet à gauffres
Un avion pour deux
Et nous serons heureux

Autrefois s’il arrivait
Que l’on se querelle
Votre mari s’en allait
Laissant la vaisselle
Maintenant que voulez-vous
La vie est si chère
Il dit, rentre chez ta mère
Et il se garde tout
Ah, Gudule

Excuse-toi
Ou je reprends tout ça
Mon frigidaire
Mon armoire à cuillères
Mon évier en ferre
Et mon poêle à mazout
Mon cire-godasses
Mon repasse-limaces
Mon tabouret à glace
Et mon chasse-filous

La tourniquette
A faire la vinaigrette
Le ratatine-ordures
Et le coupe-friture

Et si la belle
Se montre encore cruelle
Il la franque dehors
Et il confie son sort
Au frigidaire
À l’efface-poussière
À la cuisinière
Au lit qu’est toujours fait
Au chauffe-savates
Au canon à patates
À l’éventre-tomates
À l’écorche-poulet

Mais très très vite
Il reçoit la visite
D’une douce petite
Qui lui offre son cœur
Alors il flanche
Et c’est votre revanche
Car elle cassera
Jusqu’à son dernier plat
Car elle cassera
Jusqu’à son dernier plat
Car elle cassera
Jusqu’à son dernier plat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s