MUSSET RENCONTRE COURBET « J’allais dans ce désert, serré dans le manteau des égoïstes… quand soudain, je la rencontrais… »

Laisser un commentaire
Courbet, Musset, Poésie

courbet-les-amants heureux

Gustave Courbet, Les amants heureux, 1844, huile sur toile, 77 × 60 cm, Musée des Beaux-Arts, Lyon

Les femmes s’habillaient de blanc comme les fiancées, et nous les enfants du siècle, vêtus de noir comme les orphelins, nous les regardions, blasphème à la bouche et le cœur vide.
J’allais dans ce désert, serré dans le manteau des égoïstes… quand soudain, je la rencontrais

Alfred de Musset, Les confessions d’un enfant du siècle, 1836

Le monde était en ruine, et nous venions au monde. La guerre était finie, nous arrivions après la gloire, après l’idéal, il nous restait le désespoir pour seul religion et pour toutes passions et mépris.
Les femmes s’habillaient de blanc comme les fiancées, et nous les enfants du siècle, vêtus de noir comme les orphelins, nous les regardions, blasphème à la bouche et le cœur vide.
J’allais dans ce désert, serré dans le manteau des égoïstes… quand soudain, je la rencontrais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s