CHARLES BAUDELAIRE RENCONTRE GUSTAV KLIMT « Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre, / Et mon sein, où chacun s’est meurtri tour à tour, / Est fait pour inspirer au poète un amour / Éternel et muet ainsi que la matière. » / « I am fair, O mortals! like a dream carved in stone, / And my breast where each one in turn has bruised himself / Is made to inspire in the poet a love / As eternal and silent as matter. »

Laisser un commentaire
Baudelaire, Klimt, Poésie, The Poetic Match

056_r

Gustav Klimt, Judith et Holopherne, 1901, huile sur toile, 84 cm x 42 cm, Österreichische Galerie Belvedere, Vienne

Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre,
Et mon sein, où chacun s’est meurtri tour à tour,
Est fait pour inspirer au poète un amour
Éternel et muet ainsi que la matière.


I am fair, O mortals! like a dream carved in stone, 
And my breast where each one in turn has bruised himself 
Is made to inspire in the poet a love 
As eternal and silent as matter.

Charles Baudelaire, « La beauté », Les Fleurs du Mal, 1857

Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre,
Et mon sein, où chacun s’est meurtri tour à tour,
Est fait pour inspirer au poète un amour
Éternel et muet ainsi que la matière.

Je trône dans l’azur comme un sphinx incompris ;
J’unis un coeur de neige à la blancheur des cygnes ;
Je hais le mouvement qui déplace les lignes,
Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris.

Les poètes, devant mes grandes attitudes,
Que j’ai l’air d’emprunter aux plus fiers monuments,
Consumeront leurs jours en d’austères études ;

Car j’ai, pour fasciner ces dociles amants,
De purs miroirs qui font toutes choses plus belles :
Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles !


I am fair, O mortals! like a dream carved in stone, 
And my breast where each one in turn has bruised himself 
Is made to inspire in the poet a love 
As eternal and silent as matter.

On a throne in the sky, a mysterious sphinx,
I join a heart of snow to the whiteness of swans;
I hate movement for it displaces lines,
And never do I weep and never do I laugh.

Poets, before my grandiose poses,
Which I seem to assume from the proudest statues,
Will consume their lives in austere study;

For I have, to enchant those submissive lovers,
Pure mirrors that make all things more beautiful:
My eyes, my large, wide eyes of eternal brightness!

— Traduction William Aggeler

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s