PAUL ELUARD RENCONTRE TURNER « Le papier, nuit blanche. Et les plages désertes des yeux du rêveur. Le cœur tremble »

1 commentaire
Eluard, Poésie, Turner

b032733d

Joseph Mallord William Turner, L’Aube après le naufrage, 1841, aquarelle et gouache, 25.1 x 36.8 cm,  Courtauld Institute Galerie , Londres

Le papier, nuit blanche.
Et les plages désertes des yeux du rêveur.
Le cœur tremble

Paul Eluard, « Préface » de Les Mains Libres, 1937

Publicités

One thought on “PAUL ELUARD RENCONTRE TURNER « Le papier, nuit blanche. Et les plages désertes des yeux du rêveur. Le cœur tremble »”

  1. sylvainfoulquier dit :

    La femme (Nusch, en l’occurence) est comparée à un poème, et les nuits blanches / nuits sans sommeil / nuits d’amour sont les pages de papier où s’inscrit le poème-femme. En résumé, Nusch est pour Eluard le poème de ses nuits blanches (feuilles ou pages de papier).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s