GAINSBOURG RENCONTRE LE BERNIN « Lorsqu’en songes obscurs Marilou se résorbe, que son coma l’absorbe en des rêves absurdes. Sa pupille s’absente, et son iris absinthe, subrepticement se teinte, de plaisirs en attente »

Laisser un commentaire
Chanson française, Gainsbourg, Le Bernin

10575136_1428922194095914_112046949207753215_oGian Lorenzo Bernini, L’extase de Sainte Thérèse, 1647-1652, Statue en marbre, Eglise Santa Maria Della Vittoria de Rome, Rome

Lorsqu’en songes obscurs Marilou se résorbe,
Que son coma l’absorbe en des rêves absurdes

 Sa pupille s’absente, et son iris absinthe
Subrepticement se teinte, de plaisirs en attente

Serge Gainsbourg, « Variations sur Marilou » dans L’homme à la tête de choux, 1976

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s