ELUARD RENCONTRE KHNOPFF « Ta chevelure d’oranges dans le vide du monde »

Laisser un commentaire
Eluard, Khnopff, Poésie

11357026_1430480417273425_7440294443434379242_oFernand Khnopff, I lock my door upon myself, 1891, huile sur toile, Neue Pinakothek, Munich

Ta chevelure d’oranges dans le vide du monde

Paul Eluard, « Ta chevelure d’oranges dans le vide du monde » dans Capitale de la Douleur, 1926.

Ta chevelure d’oranges dans le vide du monde
Dans le vide des vitres lourdes de silence
Et d’ombre où mes mains nues cherchent tous tes reflets.
La forme de ton coeur est chimérique
Et ton amour ressemble à mon désir perdu
O soupirs d’ambre, rêves, regards.
Mais tu n’as pas toujours été avec moi. Ma mémoire
Est encore obscurcie de t’avoir vu venir
Et partir. Le temps se sert de mots comme l’amour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s