LOUIS ARAGON RENCONTRE MAGRITTE « Tes yeux ont le mal d’horizon / Fou qui trouve assez bleu l’azur / A qui le ciel n’est pas prison / Il faut aimer à démesure / Ce n’est pas assez que raison »

Laisser un commentaire
Aragon, Magritte, Poésie

the-false-mirror-1928

René Magritte, Le faux miroir, 1928, huile sur toile, 54 x 80.9 cm, Museum of Modern Art, New York

Tes yeux ont le mal d’horizon
Fou qui trouve assez bleu l’azur
A qui le ciel n’est pas prison
Il faut aimer à démesure
Ce n’est pas assez que raison

Louis Aragon, « Un air d’Octobre », Le Nouveau Crève-coeur, 1948

Un air comme une traîne immense
Un air qui ne finit jamais
Un air d’octobre une romance
Plus douce que le mois de mai
Un air qui toujours recommence

Tes yeux ont le mal d’horizon
Fou qui trouve assez bleu l’azur
A qui le ciel n’est pas prison
Il faut aimer à démesure
Ce n’est pas assez que raison

Bel automne aux mains de velours
C’est la chanson jamais chantée
C’est la chanson de notre amour
C’est la chanson des roses-thé
Dont le cœur est couleur du jour

Est-il assez profond sanglot
Pour dire les déserts physiques
Pareils aux ronds qu’on fait dans l’eau
Les mots valent-ils la musique
Du long désir au cœur enclos

Un air Elsa de la démence
Un air qui ne finit jamais
Un air d’octobre une romance
Plus doux que n’est le mois de mai
Un air comme une traîne immense

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s